Perpetue-Mukarugwiza

Bachelière en éducation (B.Éd.)
Consultante en relation interculturelle

 

 

Biographie

Parcours au Canada 

Arrivée au Canada 

Madame Perpétue Mukarugwiza est arrivée au Canada il y a de cela vingt-huit (28) ans, comme réfugiée politique Rwandaise, en provenance du Burundi.

Intégration au Canada

Il ne lui a fallu que très peu de temps pour s’intégrer au Québec, une terre d’accueil et remplie d’opportunité.

Famille d’accueil pour les jeunes en difficulté

En 1995, Mme Perpétue a été reconnue comme famille d’accueil, plus de 40 enfants ont été successivement hébergés chez elle. Ce sont des jeunes en difficulté d’adaptation scolaire et sociale, que le gouvernement québécois lui confie depuis 21 ans.

Création de la FEEJAD

En 2005, après quelques réflexions faites par elle-même concernant la situation problématique du milieu, comme la prostitution, vente de la drogue, délinquance, violence conjugale.

Elle a pu relever ces défis grâce aux pratiques alternatifs qui sont développer dans les quatre éléments suivants :

  • Un travail innovant de proximité ;
  • Le développement d’un lien avec les résidents qui se rapproche d’un lien familial plutôt que professionnel ;
  • Une approche souple et globale qui permet d’arrimer les activités de l’organisme aux besoins des résidents ;
  • La réciprocité de la relation d’aide et l’enjeu de la face.

Elle a pris l’initiative de fonder un organisme communautaire, FEEJAD (Famille pour l’entraide et l’éducation des jeunes et des adultes), auprès des immigrants provenant de plus de 70 pays différents avec des pratiques religieuses et culturelles diverses. Elle a su vaincre les craintes de maintes familles en se présentant chez eux non pas comme une professionnelle mais plutôt comme une amie, voulant recréer les solidarités villageoises et interfamiliales de son Rwanda natal. Devant le plus réticents, elle n’a pas manqué d’audace pour faire ouvrir les portes et gagner leur confiance.

Présentement, plus de 200 personnes fréquentent l’organisme qu’elle a créé, en s’inspirant des valeurs rwandaises (indangagaciro nyarwanda) telles que l’initiative, l’hospitalité, l’entraide, la persévérance, l’intégrité, la patience et la solidarité.

Implication dans la communauté Rwandaise :

Également, madame Perpétue est très engagée auprès de la communauté rwandaise de Montréal. Elle s’active dans la création et l’entretien des liens du partenariat au profit de la communauté rwandaise auprès des organismes, des institutions communautaires et les élus de la Ville de Montréal. La promotion de la culture rwandaise en accompagnant les groupes et en assurant la liaison en interculturel fait partie de ses préoccupations.

Les résultats de cette implication se concrétisent entre autres par l’économie d’argent, réalisée par les membres, les groupes ou les associations de la communauté rwandaise, lorsqu’ils ont besoin de services divers. En effet, en jouant le rôle d’intermédiaire, certains services comme les salles, payant leur sont offerts à prix réduit ou simplement gratuit.

Création de « La Passerelle Interculturelle » en 2016

Compte tenu d’une solide expérience en intervention interculturelle et mobilisation citoyenne, l’expertise de madame Perpétue Mukarugwiza a été souvent sollicitée par les différents partenaires du milieu communautaire, institutionnel et politique, ce qui a naturellement donné naissance à sa nouvelle compagnie de consultance :

« La Passerelle Interculturelle » dont madame Perpétue intervient comme

Consultante en relation interculturelle.

Les résultats attendus de cette intervention sont notamment le transfert des pratiques pouvant inspirer les autres intervenants dans d’autres contextes socio-culturels.

Prix et reconnaissances

  • Certificat remis par le Gouvernement du Québec et les partenaires du marché du travail (2015). Reconnaissent les entreprises qui s’engagent à investir dans le développement des compétences de la main-d’œuvre.
  • Trophée remis par le centre jeunesse de Montréal pour les 15 années de services au centre (2015).
  • Prix de la Médaille du Jubilé de diamant de la Reine Elizabeth II (2013). Gouverneur général du Canada.
  • Certificat de Ville de Montréal (2010). Pour la participation bénévole éloquent de votre contribution à l’amélioration de la qualité de vie des citoyennes et citoyens de Ville-Marie.
  • Prix Reconnaissance de l’UQAM (2010)
  • Prix Bénévolat, Ville de Montréal (2010)
  • Contribution exceptionnelle (ADREQ) et Centre jeunesse de Montréal ; Institut Universitaire (2010).
  • Certificat pour contribution exceptionnelle (2010). Pour l’encadrement des enfants et des adolescents et adolescentes placés chez soi en famille d’accueil
  • Prix Jacques-Couture (2009). Prix québécois de la citoyenneté pour la promotion du rapprochement interculturel. Il récompense des réalisations exceptionnelles en matière d’ouverture à la diversité ethnoculturelle et de partage des valeurs communes.
  • Prix de la citoyenne socialement engagée (2009). (Gala vision et inspiration REPAF)
  • Certificat de reconnaissance du SPVM (Service de police de la Ville de Montréal) (2008). Pour la promotion du partenariat SPVM-Communautés. Remis par le directeur de la police de la Ville de Montréal.
  • Ambassadrice de l’UQAM (2008)
  • Prix de l’intervenant de milieu (2008) s’étant démarqué auprès des jeunes

(Hommage Jeunesse Centre-Sud) remis par le directeur de l’association sportive et communautaire Centre Sud.

  • Certificat de grand mérite (1994) remis par le président Sebera Jean Paul du comité de Rwandais de Montréal, pour son dévouement, son ses initiative et son dynamisme.

Liens avec les médias et les pages de presse :

http://www.ledevoir.com./societe/actualites-en-societe/312754/educuer-les-enfants-a-la-citoyennete

Thème : Pratique réussie d’une mobilisation des familles immigrantes en contexte de logement social

Contexte

FEEJAD est   un   organisme   sans   but   lucratif   œuvrant   aux   Habitations   Jeanne-Mance (HJM) où se côtoient des résidents immigrants originaires de plus de 70 pays différents. Fondée en 2005 par Mme Perpétue Mukarugwiza, ses activités ont été amorcées dans une petite cuisine aux Habitations Jeanne-Mance et se sont étendues à la mobilisation citoyenne auprès des immigrants pour contrer leur isolement. Sa mission est d’accompagner les familles immigrantes dans leur processus d’autonomisation et d’intégration sociale.

Méthodologie utilisée

Pour   répondre   aux   besoins des familles,  une   pratique   alternative   de   mobilisation   est appliquée pour rendre profitables les diverses activités impliquant les jeunes et les  adultes.   Cette   pratique   s’inspire   du  travail   de   la   rue,   pour   approcher   les personnes   dans   leur   milieu   de  vie.   Cette   méthode   permet   de   caractériser   le travail particulier de FEEJAD comme :

  1. Un travail innovant de proximité

L’intervenante va chercher les personnes là où elles se trouvent, notamment à leur domicile-même. Malgré les réticences observées au début, surtout en raison des barrières culturelles, les résidents arrivent à  recevoir l’intervenante  chez eux, surtout que c’est quelqu’un qui habite avec eux et partage leur quotidien. De   plus, l’intervenante   doit   manifester   une   grande   sensibilité   aux   enjeux socioculturels en adaptant l’approche en fonction de la réalité des individus. Pour   établir   un   climat   de   confiance, la  créativité  et   la   patience   sont indispensables   communiquer   avec   les   personnes,   comme   par   exemple   en apprenant quelques mots de leur langue, ce qui favorise les premiers contacts.

La prochaine étape consiste à faire sortir les personnes de chez eux pour les faire découvrir leur milieu. C’est dans ce cadre que les parents participent aux ateliers ou vont rencontrer les étudiants du Cégep pour les inviter à devenir bénévoles dans le soutien scolaire de leurs enfants ou encore quand ils vont assister au conseil de leur arrondissement.

  1. Un travail développant des liens significatifs quasi familiaux

L’intervenant prend le temps de vivre le quotidien des personnes, en maximisant les   occasions   d’échanges   informels   (visites   de   courtoisie   en  famille),   sans   se réduire son  à la dimension «professionnelle».

Une fois que les personnes acceptent de s’ouvrir à la communauté, il faut veiller à offrir un accueil chaleureux notamment et être attentif aux préoccupations des personnes   dans   leur   préoccupation   de  «  perdre   la   face»  –   souci   de   vouloir conserver   l’image   sociale   que   l’on   veut   projeter/protéger     devant   la communauté-.

Résultats attendus

Dans   le   cadre   de   nos   services   offerts   aux   familles, il   convient   de   citer   les résultats ci-après:

– En   organisant   des   loisirs   comme   activités   culturelles   pour   les   femmes isolées, des liens sont   créées et cela facilite leur   intégration   sociale   et elles deviennent ainsi des femmes relaies.

– En   mobilisant   les   pères   dans   des   activités   spécifiques   ils   arrivent   à comprendre l’importance de laisser leurs femmes s’épanouir et s’intégrer dans leurs activités.

– En encourageant les étudiants pour aider les mamans des jeunes autistes ce   qui   permet   aux mamans de se présenter aux   cours de francisation alpha ainsi   qu’aux divers ateliers, ce qui les met en confiance tout en favorisant un rapprochement interculturel et intergénérationnel.

– Finalement, la   pratique   contribue   à   contrer   l’isolement, de   favorise l’ouverture à la différence et de soutenir les parents,  et  plus encore la famille   toute   entière,   dans   le   développement   de   leurs   capacités personnelles et professionnelles.